View in English 

La Restauration et l’amélioration des terres humides dans le paysage fonctionnel

Projet passé

La Restauration et l’amélioration des terres humides dans le paysage fonctionnel » est un projet qui vise la restauration et l’amélioration de la santé écologique des terres humides qui se situent dans les paysages agricoles dans la région du bassin versant de la rivière Annapolis. L’agriculture constitue l’utilisation dominante des terres du bassin hydrographique avec une perte importante de terres humides dans et en bordure des pâturages, les fourrages et les cultures.

 

Ce projet se repose sur les partenariats forts qui ont été établis dans le projet d’agro-intendance créé par CARP pour mettre en œuvre la restauration et l’amélioration des zones humides qui se trouvent dans un  paysage fonctionnel et qui ont été remplies, défrichées, drainées, ou dégradées et perdues par d’autres processus.

Restauration des terres humides de Granville :

 

Ce site comprend 0,25 hectares de terres humides qui sont en cours d’une restauration écologique. L’excavation initiale a eu lieu en juin 2018. La plantation initiale de la zone riveraine a été réalisée en octobre 2018 et sera poursuivie dans les années à venir. 

"C’est un grand honneur d’avoir fait parti de ce projet remarquable. Les terres humides, dans toute leur diversité incroyable, leur productivité et leur beauté, sont en fait des engins efficaces et importants. Elles assurent de multiples services qui améliorent la condition humaine, tels que la protection de la qualité de l’eau et la protection contre les inondations. Pratiquement dès la fin du projet, la redynamisation de l’écosystème s’est manifestée devant nos yeux. Pour la première fois depuis des années, nous avons observé de nombreuses espèces de vie sauvage, incluant des mammifères, des oiseaux et des invertébrés. Grâce à l’expansion, cet écosystème compromis a été réanimé et possède un bon état de santé. Des grands remerciements à CARP, avec reconnaissance du grand travail et de l’intendance qui ont permis de faire ce projet une réalité. Nous anticipons avec plaisir à travailler avec Aaron et son équipe pour effectuer l’intégration des plantes indigènes dans le paysage afin de rétablir toutes les fonctions biologiques et de conserver la biodiversité pour le futur.”

Juin 2018 – restauration d’une terre humide, pré-excavation

Juin 2018 – restauration d’une terre humide, post-excavation

Octobre 2018 – 4 mois après les excavations

La Ferme et la forêt Whipple Tree, Round -

La Ferme et la forêt Whipple Tree est un jardin maraîcher écologique et une forêt certifiée par le FSC. Le travail réalisé sur ce site comprend la plantation d’arbustes indigènes (tels que l’amélanchier, le cirier de Pennsylvanie, le sureau, l’aronia et la symphorine) autour d’un étang peu profond afin d’augmenter la diversité d’habitats et d’améliorer le potentiel de stockage du carbone.

 

La Pâture Longley, Bridgetown-

Le site Longley se compose d’une centaine d’acres de pâturage de bovins adjacent à la rivière Annapolis. Ce pâturage comprend une petite zone humide qui était autrefois accessible au bétail.

 

Une clôture d’exclusion a été installée autour de la terre humide pour réduire la compaction du sol, la sédimentation et les autres problèmes causés par l’accès du bétail. Des arbres indigènes ont été plantés avec l’aide des étudiants des écoles Bridgetown Regional Community School et Lawrencetown Education Centre.

 

Des travaux supplémentaires ont été réalisés à ce site avec le support financier du Programme de partenariats relatifs à la conservation des pêches récréatives. Une clôture pour le bétail a été érigée le long du rivage de la rivière Annapolis (sur 2,38 km) afin de créer une zone tampon de 10 mètres et d’empêcher l’accès direct du bétail à la rivière. Deux pompes à nez ont été installées comme source alternative d’alimentation en eau. Une plantation d’arbres indigènes et de boutures de saule a également été réalisée dans cette nouvelle zone tampon.

 

La Ferme Brown, Wilmot- 

Le site de la Ferme Brown comprend un pâturage à bétail qui se situe à côté de la rivière Annapolis. Une clôture pour le bétail a été installée pour exclure l’accès des animaux à l’étang afin d’éliminer le pâturage sur la végétation dans la zone humide, la compaction du sol et l’ajout de nutriments et de sédiments dans l’eau. Ces démarches devraient favoriser une croissance de la diversité d’habitats, une amélioration de la qualité de l’eau et la préservation de cette terre humide comme lieu de stockage du carbone et d’autres nutriments.

La Ferme Newington, Mount Hannley - 

La Ferme Newington comprend une secteur de pâturage pour les moutons où ces animaux avaient accès à un marais et à une bassière boisée. Une clôture d’exclusion a été installée pour éliminer les moutons de la zone humide afin d’empêcher la compaction du sol causée par le piétinement, prévenir le broutage de la végétation de la terre humide et réduire les ajouts de nutriments et de sédiments dans l’eau. Avec ces travaux, on prévoit une augmentation de la diversité écologique du site, une amélioration de la qualité de l’eau et la préservation de cette zone humide comme lieu de stockage du carbone et d’autres nutriments.

 

La Ferme Strattons, Upper Granville -

La Ferme Strattons est un jardin maraîcher certifié biologique. Pendant l’été 2018 un nouvel étang d’irrigation a été creusé sur cette propriété. Les arbres indigènes et les boutures de saule y ont été plantés pour avancer la régénération et la diversification des espèces végétales. Des travaux supplémentaires à la Ferme Strattons, grâce à l’appuie financier du Nova Scotia Habitat Conservation Fund, comprenaient la création d’une bande boisée et d’un corridor faunique.